Logo Asso

Ecole
du Hêtre
bienveillant

[Courrier Picard] JAUX Ils veulent créer une école dans une yourte

Extrait du Courrier Picard

Inspirée des pédagogies Montessori, Freinet ou Steiner, une école différente est encours d’élaboration, à Jaux, près de Compiègne. Une école écolo, bienveillante et hors contrat.


De par sa forme ronde, la yourte serait propice à instaurer un bon climat d’apprentissage (photo d’illustration).

Aménager une salle de classe dans une yourte. Telle est l’idée de l’association Graine de bienveillance qui espère ouvrir une école alternative à la prochaine rentrée, dans le Compiégnois. «  À quoi nous serviraient des locaux flambant neufs, si l’on n’a plus de moyens à consacrer au personnel ? », raisonne Amélie Carlier, psychologue clinicienne et pilote du projet.

Aussi la future structure d’accueil se doit d’être à la fois bon marché et écolo pour répondre aux valeurs et aux critères économiques de ce programme. La tente conique, conçue par les nomades mongols, est apparue comme une évidence. D’autant qu’elle est une option déjà adoptée par d’autres équipes pédagogiques, comme en Savoie, par l’École 4 saisons.

Montage et installation compris, une yourte, équipée de toilettes sèches et d’une pompe à chaleur, représente un investissement de 25 000 €. Un budget à doubler afin de répartir les élèves dans deux classes : un jardin d’enfants pour ceux âgés de 3 à 6 ans et une classe primaire pour les 6-11 ans. À cela s’ajoutent le mobilier (5 000 €), le matériel pédagogique (5 000 €) et l’aménagement des espaces verts pour la récré et les activités de plein air (2 000 €).

Le terrain mis à disposition par des agriculteurs

«  L’idéal serait d’acheter comptant  », calcule Amélie Carlier. Et ce, grâce au mécénat. Les dons des particuliers ont ainsi été sollicités, dès le mois dernier, sur le site de crowdfunding KisskissBankBank. À 27 jours de la clôture, la création de cette école a séduit 41 donateurs et 2 115 € ont été collectés.

Tout un réseau d’entraide s’active autour de cette initiative. «  L’état d’esprit est voisin de celui des Colibris ; chacun souhaite faire sa part  », observe Joanna Sedille, médiatrice artistique. La fondatrice de l’association Bulle et Cie à Compiègne est, ainsi, l’un des professionnels porteurs du projet. Au même titre qu’une professeure des écoles de l’Éducation nationale, une professeure d’anglais, issue de l’enseignement privé, un psychopraticien, une art-thérapeute ou encore une thérapeute familiale, fondatrice du comité local du Printemps de l’Éducation.

Autre signe concret d’une implication citoyenne : les yourtes devraient être dressées à Jaux, sur les 3 000 m2 mis à disposition par un couple d’agriculteurs, qui souhaite inscrire ses enfants dans la future école. «  Le terrain est cédé gracieusement la première année et contre un loyer modeste ensuite  », se félicite Amélie Carlier, qui peaufine son budget prévisionnel.

Cette école privée hors contrat, et donc sans aide de l’État, devra compter de fait sur la participation des familles. Des frais estimés entre 250 et 300 ¤ par mois. «  Nous espérons mettre en place des bourses pour ouvrir l’école au plus grand nombre  », commente ce pilote du projet. Et de se réjouir que, sans la moindre réunion d’information, douze élèves sont déjà pré-inscrits.

 

 

Par Le Webmaster
Le 2015-06-28 13:59:21

Vous devez être connecter pour pouvoir poster des commentaires.